Commerce

SUCRE EN POUDRE INTROUVABLE AU NIVEAU DU MARCHE DE DIOURBEL

Le sucre, une denrée de nécessité indispensable dans la vie quotidienne des sénégalais est introuvable. Commerçants, revendeurs et vendeurs de café rencontrent d’énormes difficultés.

« L’importation pose problème ensuite l’usine est au ralentie c’est ce qui est à l’origine de la rareté du sucre » indique un grossiste .

Ce manque a occasionné une augmentation du prix du sucre et à impacter aussi sur l’activité des vendeurs de café qui utilisent maintenant du sucre en morceau afin de satisfaire les clients.

Un député sénégalais dénonce le caractère ‘’désavantageux’’ des Traités bilatéraux d’investissement

«S’ils sont bien négociés, les TBI ont beaucoup d’avantages pour nos pays. Mais malheureusement, au Sénégal, les TBI sont désavantageux à l’économie car, souvent l’expertise nécessaire pour les signer n’est pas sollicitée et tenue en compte», a notamment dit M. Sy, face à la presse en marge d’un atelier de sur «les Traités bilatéraux d’investissement signés par le Sénégal : Etat des lieux».

DIOURBEL : Plus de 21 tonnes de produits impropres à la consommation saisies-une valeur de plus 12 millions de FCFA

La brigade spéciale composée des forces de sécurité – police, gendarmerie, douane, service d’hygiène, service régional de l’élevage et service régional de pêche, sous la coordination du service du commerce, a été récemment mise sur pied par arrêté du gouverneur, sur instruction du Premier ministre.En effet, L’opération a conduit, jeudi et vendredi, des agents des services impliqués dans les principaux marchés hebdomadaires et permanents, dans des grandes surfaces, des boucheries, des abattoirs, des fast-foods et le long des axes routiers du département de Diourbel et de Bambey.

Campagne de commercialisation : Toutes les conditions sont réunies à la SUNEOR.

Le directeur d’usine de la Sunéor de Diourbel, a déclaré dans un entretien que « toutes les conditions sont réunies pour assurer la collecte des graines d’arachides au niveau de ses usines ».

« A ce jour, nos usines sont capables de réceptionner 500 tonnes par jour à Diourbel et 300 tonnes par jour à Louga », a notamment dit le directeur Cheikh Fall.

Mr. Fall a aussi indiqué que l’objectif de collecte estimé à 65000 tonnes peut être atteint à temps opportun.