Transport

Gare routière de Diourbel : Ndiassé Fall crache ses vérités

Selon lui, les jeunes transporteurs ne parviennent plus à subvenir à leurs besoins car ne travaillant plus normalement. « De 6h à 20h, on compte peu de voitures qui quittent Diourbel en direction des autres localités. Ceci est causé par les nombreux stationnements dans les différentes communautés rurales de la région » déplore t-il.

Les cochers obligés d'avoir un permis au plus tard à la fin du mois de juin

Pour régulariser la circulation les charrettes doivent posséder un permis d’ici le mois de juin période à laquelle la mesure va prendre effet.

Selon Papa Mor Leye, chef de service départemental de l’élevage de Diourbel des sensibilisations et initiations seront entamées au mois d’avril pour les permettre d’être en règle.

Enfin, il souligne que les pistages électroniques des chevaux vont suivre après.
Vol de bétail à Bambey éclabousse Bambey.
Auteur :BTnews- ROM

Permis à points: Le président des transporteurs de Diourbel

« Nous savons que si c’était vous, le travail sera à la norme mais j’ai peur de l’application stricte chez le personnel ».

Il a aussi profité de l’occasion pour disserter sur les nombreux accidents qui se sont produits durant cette année il reconnait que sur les 500 pratiquement la moitié est de la responsabilité des chauffeurs cependant il estime que l’état, les passagers et les collectivités locales ont aussi une grande responsabilité.

Sécurité routière: Le sous secteur des transports vers les permis à points

Cheikh Omar Gaye révèle que 68 accidents se sont produits durant ces deux derniers mois et la plupart de ces chocs ont été causés par le manque de concentration ou l’inaptitude des chauffeurs.

Il souligne également que prés de trois millions de sénégalais détiennent des permis mais pratiquement les deux millions voire plus sont des faux de mêmes que de nombreuses cartes grises et de plaques d'immatriculation.

Impatience Des Baol Baol A Voir L’Arrivée Des Minibus TATA

L’annonce des minibus pour la ville de Diourbel est le sujet qui préoccupe une grande partie de la population. Ces derniers éprouvent une grande impatience de voir les TATA circulent dans les artères de la ville surtout en ce moment où les clients rencontrent d’énormes difficultés pour trouver des calèches, charrettes parce que elles sont dans les travaux champêtres.

Réaction des charretiers Sur La Modernisation du transport à Diourbel

Apres avoir salué l’initiative, les charretiers ne se sentent pas impliqués. Tout simplement, ils ont l’impression qu’on veut éliminer les charrettes complètement dans le transport.

« Nous sommes des acteurs du transport et nous avons les mêmes objectifs que les autres. Il faut reconnaitre aussi personne ne peut éradiquer les charrettes de façon définitive car elles constituent l’un des moyens de transport les plus prisés par les populations de Diourbel » revendique Thié Yassine NGOM, secrétaire général du regroupement des charretiers.

PREMIÈRE PHASE:14 Mini bus Annoncés Dont 3 Lignes Destinés au Trafic Urbain de Diourbel

Présidée par le préfet du département monsieur Ibrahima Fall, l’objectif de cette rencontre a été de partager avec les populations et usagers de Diourbel sur la modernisation du transport urbain de la ville. En effet, le projet tourne autour de deux volets à savoir le renouvellement du parc automobile et la professionnalisation des acteurs dans ce domaine.

Conséquences des Inondations : Rareté des Clients chez les Charretiers

Presque toutes les rues de Diourbel ville sont inondées et les charretiers ne parviennent plus à travailler normalement car ils font le grand tour pour pouvoir accéder à leurs destinations. L’itinéraire qu’ils prenaient au temps normal à savoir de quitter marché ‘’bou ndaw ‘’pour arriver en ville est carrément changé.

Les chauffeurs de Ndindy s’insurgent contre le regroupement de Diourbel

M. Niang avance que le regroupement des chauffeurs a été mis sur place pour aider les populations mais en particulier les chauffeurs. Ce qui n’est pas le cas « Ils sont entrain de poser des problèmes aux usagers, aux jeunes chauffeurs et transporteurs parce que les grèves n’ont aucun intérêt pour ces derniers. C’est pourquoi, Ndindy dit non à la grève » soutient Maguette Niang, chauffeur à l’inspection régionale du travail.

Pages