Aller au contenu principal
k

Education: ''Nous attendons des actes concrets " martèle le secrétaire national du CUSEMS

En tournée ce mardi à Diourbel, Ablaye Ndoye secrétaire national du CUSEMS a animé un débat au lycée Mouhamadou Moustapha Mbacké ex CES de Diourbel. A l'occasion il est revenu sur les nombreuses revendications auxquelles le gouvernement tarde à satisfaire.

Selon M. Ndoye il est incompréhensible qu'on puisse payer aux enseignants une indemnité plus petite que les fonctionnaires qui ont le même rang.  Il poursuit au-delà d'être une question d'argent, c'est avant tout une question de justice sociale, d'équité, de motivation, pour arrêter la saignée des enseignants qui quittent le corps t pour rejoindre d'autres corps.

Le secrétaire général CUSEMS liste les maux de l'école " Nous avons des abris provisoires, nous n'avons pas suffisamment de documents pour enseigner, les salaires tardent a être payer, les indemnités sont payées au delà de la date retenue dans le protocole d'accord" s'y ajoutent" le carrière des enseignants est gelée, les retraités font un an avant de recevoir leur pension, c’est pourquoi, nous n'avons pas le droit de renoncer au combat" a laissé entendre Abdoulaye Ndoye.

Malgré les efforts consentis l'année dernière ou l'école n'a connu aucune perturbation le gouvernement n'a rien fait allant dans le sens de satisfaire les revendications.

'Les crédits DMC sont gelés, pour les parcelles, nous ne pouvons pas croire tant que  ça sera concret. Sur la question de la carrière des enseignants, il y'a une préjudice énorme à causes des lenteurs, pour l'alignement nous sommes au dessus des propositions du gouvernement '' déplore le patron du CUSEMS.

Face à cette situation, ils ne peuvent pas rester les bras croisés d'autant plus ils sentent une privatisation qui ne dit pas son nom" La solution est de se mobiliser et de mener le combat; pour dire au gouvernement que ça ne peut plus continuer" martelé Abdoulaye Ndoye.