Aller au contenu principal
f

L'année deux mille dix-sept a battu le record de morts sur la route du Magal de Touba

Deux mille dix-sept a battu le record de morts sur la route du Magal. Un nombre qui n’a jamais été égalé dans l’histoire des accidents sur la route de Touba. Le bilan est macabre. Les chiffres sont alarmants et la situation est inquiétante. Cette année, les routes du grand Magal de Touba ont ôté plus de vie que toutes les éditions précédentes de l’événement marquant le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba au Gabon.

Comparé à la dernière édition de 2016, le bilan définitif des accidents de la circulation du grand Magal de Touba de 2017 a été lourd. Au total, 45 pertes en vie humaine ont été enregistrées pendant cette période de grande affluence où environ, 3 à 4 millions de fidèles musulmans convergent vers la Ville sainte. Et malgré toutes les campagnes de communication et de prévention, le bilan définitif des accidents de la route est resté sur une position ascendante. Puisque les derniers chiffres établis par les sapeurs-pompiers indiquent qu'il y a eu beaucoup plus d’accidents que l’année précédente.

Cette année, les soldats du feu ont effectué 179 interventions dont les 138 sont issues des accidents de la circulation. Des accidents qui sont souvent survenus sur les différents axes routiers des localités menant dans la Cité religieuse. Les trois autres sont survenus à Touba dans lequel, les sapeurs-pompiers ont dénombré un cas de découverte macabre du corps sans vie d’un individu de sexe masculin âgé environ de 35 ans. Le deuxième s’est produit suite à l’effondrement du palier d’un escalier en construction au quartier Gouy-Mbind. Et le dernier cas est intervenu suite à un incendie.

Selon une source, le Groupement national des sapeurs-pompiers a enregistré pendant la période du Magal, plus de 700 victimes et une vingtaine de malades évacués vers les structures de santé de Touba et ses environs. «Parmi les accidents survenus pendant le grand Magal, nous avons enregistré 700 victimes dont les 641 dont issues des accidents de la circulation. Aussi, 599 personnes ont bénéficié d’une assistance. Nous avons enregistré 45 morts dont 42 par accident de la route. Il faut aussi noté 22 personnes malades ont été évacuées par les éléments des sapeurs-pompiers», estime la même source. Dans leurs interventions, les éléments du Groupement national des sapeurs-pompiers ont dénombré 12 incendies dans la ville sainte de Touba et ses environs.

L’hécatombe : 25 morts sur l’axe Kébémer-Sagatta

Sur les 45 morts enregistrés cette année, les 42 sont issus des accidents de la route. L’accident survenu sur la route de Kéméber Sagatta a occasionné lui seul 25 morts, dont sept membres d’une même famille. Pourtant le 4 novembre dernier, veille de cette hécatombe, le Directeur des transports routiers en campagne de sensibilisation dans la région de Diourbel avait annoncé une baisse drastique du nombre de décès sur la route. A l’en croire, du premier trimestre de l’année en cours jusqu’au mois de juin dernier, les morts qui étaient estimés à plus de 150 ont passé à moins de 40 tués sur la route. «Un conseil interministériel consacré à la question de la sécurité routière a été tenu avec le Premier ministre et depuis lors des mesures ont été prises pour lutter contre l'insécurité routière. Au premier trimestre de l'année 2017, on avait constaté une recrudescence de ces accidents. Mais après l'application des mesures vers les mois d'avril, mai et juin, on a senti une baisse drastique du nombre de tués sur les routes, passant de 162 morts au premier trimestre à 36 morts», a révélé Cheikh Oumar Gaye. Mais l’application de ces mesures n’a pas eu ses effets au niveau de la circulation. Parce qu’au lendemain de sa sortie, le 6 novembre dernier, un accident d’un rare violence s’est produit sur la route de Kébémer. Une collision entre un bus transportant deux passagers, de retour de Touba et un car minicar plein à craquer qui a quitté Saint-Louis, ralliant la cité religieuse a fait 25 morts et une dizaine de blessés. L’accident a eu lieu à hauteur du village de Ndieng Diaw.

Plus de 40 accidents enregistrés sur les axes Diourbel, Mbacké, Darou Mousty et Bambey

A la date du vendredi 10 novembre dernier à minuit, les soldats du feu ont dénombrés plus de 40 accidents de la route sur les axes Diourbel-Mbacké, Darou Mousty et Diourbel- Bambey. De Diourbel à Darou Mousty en passant par Mbacké, les sapeurs-pompiers ont dénombré plus de 27 accidents. Entre Bambey et Diourbel, sept accidents ont été occasionnés par les usagers de la route. Sans compter les autres axes menant vers Touba. Et les causes évoquées pour ces accidents selon la même source sont la vitesse excessive avec des dérapages et pertes de contrôle du véhicule, les collisions frontales souvent provoquées par la fatigue ou la somnolence, les dépassements dangereux aggravés par le refus de certains conducteurs de céder le passage, etc. Pour rappel, les soldats du feu ont enregistré moins d’interventions l'année précédente que cette année. Pour l’édition du grand Magal de 2016, le plus grand événement mouride marquant le départ en exil au Gabon de Cheikh Ahmadou Bamba, les pompiers n'ont effectué que 177 interventions avec 129 liées aux accidents de la circulation. Au total, 687 victimes ont été enregistrées et 19 décès accidentels, un mort par noyade et un cas de mort naturelle.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.